Les conflits en Syrie et en Irak

Tir de missile antichar Konkurs de l'EI, vidéo de la wilayat ar-Raqqah (janvier 2017).


J'ai commencé mon travail sur le conflit syrien à partir de l'été 2013, après les attaques chimiques du régime dans la Ghouta. Cet événement m'a conduit à me pencher sur le conflit syrien que je ne suivais que de très loin. Je me suis intéressé en particulier, au vu de ma spécialité d'origine, à la dimension militaire du conflit. Je ne suis pas cependant un arabisant, ni un spécialiste de la Syrie ou de l'Irak de par un travail universitaire, par exemple. Il m'a fallu lire de plus en plus pour commencer à connaître l'histoire de ces deux pays (ouvrages, articles, etc).

Dans un premier temps (été 2013-été 2014), j'ai surtout écrit des synthèses de sources secondaires, des compilations utiles pour des personnes pressées ou ne souhaitant pas faire elles-mêmes un travail de recherche sur le sujet, à propos des forces du régime en particulier. Mais ce travail m'est apparu insuffisant : il n'apportait pas grand chose, je me contentais de synthétiser les excellents travaux de sites ou blogs que j'avais listés et sur lesquels de véritables chercheurs, historiens, spécialistes pointus intervenaient. J'ai ressenti le besoin d'aller plus loin, de réaliser un véritable travail de fond.

A partir de l'été 2014, j'ai entamé un travail plus fondé sur l'étude des sources à travers notamment l'analyse de documents produits par les rebelles syriens. J'ai aussi débuté un travail collaboratif avec Mathieu Morant qui m'a permis de traiter avec lui deux études de cas d'opérations tactiques des rebelles tout en me familiarisant au travail collectif. A l'été 2014 j'ai également commencé un travail de fond du même ordre sur les milices chiites irakiennes venues soutenir le régime syrien et qui combattent également l'EI en Irak. 

En 2015, pour des raisons personnelles et professionnelles, je n'ai travaillé sur le sujet que par à-coups. A l'été 2015, j'ai recommencé à écrire plus régulièrement sur le sujet avec une étude que je m'étais refusée à faire jusqu'ici : celle des vidéos de propagande militaires de l'Etat Islamique. J'ai continué cette étude depuis et j'ai établi à partir de février 2016 un questionnaire-type pour renseigner ces vidéos afin de permettre plus tard une étude sérielle et de dégager des considérations plus générales à partir de ces études de cas détaillées. Parallèlement je poursuis l'étude des milices chiites irakiennes et autres soutiens du régime et leur implication en Syrie. Je mène régulièrement depuis l'été 2015 un travail collaboratif avec Mathieu Morant toujours, mais aussi Arnaud Delalande, spécialiste des questions aériennes, https://twitter.com/green_lemonnn, autre spécialiste très suivi sur Twitter, et d'autres personnes encore. J'ai également souhaité diversifié les analyses en revenant par exemple sur les rebelles syriens que j'avais étudiés en 2014, sur les forces du régime ou les combattants étrangers de l'insurrection, depuis l'été 2016.

Par ailleurs, je lis aussi depuis 2013 sur l'histoire de la Syrie, de l'Irak, sur le terrorisme et autres sujets liés à ces conflits, et je propose régulièrement des fiches de lecture sur le blog.  



Café Stratégique n°35 : Syrie-Chronique d'un soulèvement détourné, avec Joseph Bahout (20 mai 2014) :



Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à l'enregistrement sonore du café.


https://www.youtube.com/watch?v=OHnoH65pGnE

RFI Décryptages (22 février 2017) : Mossoul, enjeux de la difficile reconquête de l'Ouest (avec Ziad Majed) :


http://www.rfi.fr/emission/20170221-mossoul-enjeux-difficile-reconquete-ouest

Mon travail cité :


- par Romain Mielcarek, à la fin de l'émission du 14 mars 2014 (vers 17:30), sur RFI, Pourquoi la Syrie attire-t-elle les djihadistes ?

- par Ignace Leverrier, sur un billet du blog Un oeil sur la Syrie (mon billet du 3 juin 2014).

- sur Slate, article d'Etienne Goetz.

- Romain Mielcarek, "Jihadistes : sont-ils terroristes, victimes ou mercenaires ?", RFI, 8 juillet 2014.

- sur Opex360 ; 22 août 2014.

- sur RTS, chaîne suisse ; 9 octobre 2014. 

- sur L'Opinion ; 16 février 2015. 

- dans le Washington Post ; 26 mars 2015.

- Les évolutions tactiques du conflit en Syrie 2011-2014 (CDEF) ; 25 avril 2015.

- sur Wikipédia : la bataille de Baiji, la bataille de Mahin et Sadad, organisation Badr, Harakat Hezbollah al-Nujaba...

- dans L'Yonne Républicaine ; 29 novembre 2015.

- "Iraniens, chiites iraliens, Hazaras afghans et Hezbollah pour remplacer l'infanterie d'Assad", L'Orient Le Jour, 6 février 2016. 

- AFP, 8 février 2016. 

- Itélé, 29 février 2016.

- Slate, 11 mai 2016. 

- Le Point, 27 juin 2016. 

- Eclairage sur les tactiques militaires du groupe terroriste EI, RTS, 15 juillet 2016

- Journal de 12h30 de France Culture, 7 août 2016. 

- L'Orient le Jour, 9 août 2016. 

- cité par Thomas Pierret dans Arte Info, 9 août 2016. 

- Le Point, 11 août 2016. 

- L'Orient le Jour, 31 août 2016, version papier (voire capture ci-dessous).

 

- Journal de 12h30 de France Culture, 18 septembre 2016. 

- France-Soir, 6 octobre 2016. 

- Europe 1, 17 octobre 2016.

- L'Express, 17 octobre 2016. 

- Le Temps, 18 octobre 2016. 

- RFI, 20 octobre 2016. 

- BFMTV, 20 octobre 2016. 

- Slate.fr, 21 octobre 2016. 

- France-Soir, 21 octobre 2016. 

- Zone Militaire, 27 octobre 2016. 

- L'Orient le Jour, 2 novembre 2016.

- Le Temps, 3 novembre 2016. 

- Medi1Radio, 29 novembre 2016. 

- Le Point, 6 décembre 2016. 

- BFMTV, 19 décembre 2016. 

- Franceinfo, 19 décembre 2016. 

- Le Temps, 11 janvier 2017. 

- Le Temps, 18 janvier 2017. 

- L'Orient Le Jour, 7 février 2017. 

- Ouest-France, 20 février 2017. 

- Slate, 22 février 2017. 

- Huffington Post, 15 mars 2017




Interviews sur Medi1Radio :


- Obama face à l'Irak.

- Syrie - Le retrait de Homs.

- Tensions sur le plateau du Golan.


12 commentaires:

  1. je ne parviens pas à accéder à votre article du 28 août dernier...
    le lecteur assidu que je suis de vos articles précédents s'inquiète et ne comprend pas:
    j'arrive sur une page ou on m'explique que mon compte google ne me permet pas de vous lire.
    qu'est ce a dire? faudrait il entrer dans un club d'initiés? si oui lequel?
    ou est ce une erreur informatique de ma part?
    en vous remerciant pour vos contributions passionnantes au débat...
    cordialement

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Absolument pas, soit c'est un problème d'accès à mon blog, soit quelque chose de votre côté, vous m'en voyez désolé. Pour ma part j'arrive à accéder à l'article, mais je vais voir s'il n'y a pas quelque chose.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,

    Je suis en train de lire vos articles sur les volontaires étrangers en Syrie et j'en suis à deux liens qui renvoient des erreurs, ceux sur les britanniques et les australiens. Vu que ce sont ceux que vous avez mis à jour en ce mois de janvier, je pense que c'est simplement que vous avez oubliez de mettre les liens sur cette page à jour.

    Et félicitation pour ces articles tout simplement passionnants :)

    Alex

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Oui, possible, je vais corriger.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais ressayer mon commentaire

      Supprimer
    2. Daesh n'est en guerre contre la France, mais ce sont ses fils post-coloniaux qui se sont attaqués á leur patrie qui les renie, les froisse, et les radicalise. La France doit mettre fin sa concept colonial d'intégration Qui nie aux communautés d'émigrés coloniales, leurs cultures, leurs religions. La France doit admettre son caractère de société multiethnique.

      Supprimer
    3. Probablement qu'il y a des ratés de notre côté.
      Par contre, je pense que l'EI est bien en guerre contre nous (comme contre d'autres d'ailleurs).

      Supprimer
  5. Je voudrais les articles sur la guerre de l'Ogaden en 1977

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Ca fait longtemps que je n'ai pas écrit sur la guerre de l'Ogaden.
      Le dernier en date est pour la Revue Historique des Armées.
      Je peux vous envoyer un PDF mais il me faut un mail.

      Supprimer
  7. Il est vrai que le fils Assad est un tyran et applique la même politique de répression que son père. Mais un règlement de la crise syrienne qui trop duré et fait plus d'un demi million de victimes, ne pourrais se faire sans Assad. Je veux dire avec les institutions étatiques en place. Sans quoi on se retrouvera à la longue avec une Lybie bis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon sens, Assad est condamné même si c'est à moyen terme et pas à court terme. Les régimes dictatoriaux du monde arabe ne tiennent plus, on le voit bien depuis 2011. La Syrie était un cas particulier comme chacun. Une solution avec Assad n'est pas tenable à long terme.

      Supprimer